POURQUOI AI-JE RENONCE A DEVENIR PILOTE ?

by Jennifer Yhaye

Je viens de faire une pause après une session d’étude intensive : Il y a tellement de choses à apprendre ! Et je me moque de moi-même pour la vie que j’ai choisie. Comme le dit l’expression ivoirienne : « Qui m’a envoyé ? »

Cependant, c’est lors de moments candides comme celui-ci, que je réfléchis le plus à la trajectoire de ma carrière.

Dire que si j’avais écouté la plupart, je me trouverais devant mon miroir à me demander : « Pourquoi ai-je renoncé à devenir pilote ?»

Des nuits calmes au cours desquelles coulaient des larmes de mes yeux d’astigmate, pensant aux paroles décourageantes que j’ai eu à entendre : « Tu ne peux pas devenir pilote; tu portes des lunettes » ou des commentaires exaspérants comme « tu n’as pas obtenu de « A » à ton examen final de physique, comment penses-tu pouvoir survivre à l’école de pilotage? ». Je suis heureuse de ne pas avoir suivi les conseils de qui que ce soit. C’était certainement la manière à Dieu de protéger mon cœur et sauver mon rêve.

Plus tard, la vie allait me donner raison d’être restée fidèle à ma vision, même quand je n’avais aucune idée du tumulte que le voyage allait être.

J’ai rencontré d’innombrables personnes qui n’ont pas eu la chance d’être aussi têtues. Beaucoup d’hommes et de femmes m’ont déjà dit : « Quand j’étais plus jeune, je voulais devenir pilote MAIS…» et suivirent des raisons valables, qui, à mon humble avis, sont toutes liées aux conseils erronés d’autres individus. L’ironie est qu’ils grandissent pour se rendre compte que ces gens ne savaient vraiment rien du métier de pilote. En fait, ces individus n’étaient généralement ni pilotes ni n’en côtoyaient aucun.

J’ai également remarqué que les êtres humains ont la fâcheuse tendance à partager leurs opinions non sollicitées avec quiconque respire, et il est dommage que le plus souvent, cela affecte la motivation, l’estime de soi et parfois les projets des autres.

« Je n’aime pas la façon dont tu t’habilles pour le travail. »

« Tu ne devrais pas ouvrir une entreprise dans une période aussi critique. »

« Si tu quittes cette entreprise, tu n’obtiendras pas un meilleur emploi. »

 « Tu ne travailles pas assez ; quand j’avais ton âge, je travaillais deux fois plus. »

« Tu devrais fonder un foyer maintenant, sinon tu ne trouveras personne plus tard. »

À quiconque aurait reçu ou prononcé de telles paroles trouble-fêtes, rappelez-vous que la vie n’est pas linéaire. Nous menons tous un voyage individuel qui nécessite de l’authenticité. C’est pour cela que projeter ses attentes ou ses échecs sur autrui peut vous conduire à la déception.

Loin de moi l’envie de discréditer les âmes véritablement attentionnées qui donnent des conseils par amour et sagesse, mais rappelez-vous qu’il ne faut jamais suivre les conseils d’un arbre qui ne porte pas de fruit.

Sidenote : (Tout d’abord, le « A Level » de physique n’est l’ami de personne. Pourquoi s’attendent-ils à ce qu’un adolescent maîtrise la physique quantique ???)

2 commentaires

florent avril 18, 2021 - 4:58

Bonjour.
Je vous suis depuis quelques mois.
Je souhaite vous rencontrer.
Mon WhatsApp 91.67.47.29

Reply
JEAN-SAMUEL mars 24, 2021 - 2:54

Ton plus bel article à mon humble avis…

Je suis presque persuadé que chacun à sa petite histoire sur le sujet. Et c’est bien dommage que ce soit les plus proches qui souvent, induisent en erreur de parcours de vie; pour des raisons humainement bonnes parfois, mais divinement désastreuses.
Jésus-Christ était identifié par ses compatriotes comme étant le fils de Joseph le charpentier et non comme le meilleur élève du meilleur rabin du coin. Alors qu’Il était le messie, ses frères non plus ne croyaient pas en Lui.

Effectivement, « il ne faut jamais suivre les conseils d’un arbre qui ne porte pas de fruit. »
Mais une scène qui est parfois ahurissante sous le soleil, c’est lorsque des arbres (surtout bardés de fruits) se plaisent à montrer aux lions comment s’y prendre pour être de « bons arbres » dans la forêt.
Alors je retranscrirai ton assertion (avec ta permission), cette fois-ci à la forme positive: « Écouter (avec discernement) ceux de son espèce qui ayant empruntés le droit chemin et qui n’ayant pas eu peur de passer par la porte étroite que peu trouvent savent d’ici-bas, d’où ils viennent et où ils vont ».

Cet article ouvre la voie à des questions existentielles d’une profondeur térrifiante mais exaltante…

Bonne continuation Jennifer !

Reply

Laisser un commentaire